Le Monde de Celldia

Nous sommes actuellement en 50 024 après le Précepteur
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Le début d' un (très) long voyage
Lun 3 Avr - 21:51 par Conteur flou

» 100 pièces de Bronze pour le jeune elfe !
Sam 1 Avr - 18:53 par Tralog

» Le gobelin et le chevalier
Mer 29 Mar - 20:47 par Buldoras

» L'histoire d'un barbare
Mer 29 Mar - 15:11 par Tralog

» Le nain et le mont
Jeu 16 Mar - 22:27 par Conteur flou

» Ne craignez plus rien Madame, Je vous protègerais.
Ven 3 Mar - 18:48 par Le Duc

» Stelen
Jeu 23 Fév - 22:19 par Conteur flou

» Au bord de la mer...
Mar 21 Fév - 12:01 par Eru

» Eubii, le dévoreur de rose
Ven 10 Fév - 21:42 par Senlord

Les posteurs les plus actifs du mois
Tralog
 
Conteur flou
 
Mots-clés
Précepteur Chaos Senlord Anerey Présentation Cathia Loum Celldia Ellebosa Points
Avril 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Le nain et le mont

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Le nain et le mont   Jeu 19 Jan - 21:23

Sur un chemin sinueux longeant une falaise tombant à pique dans l'abime, un nain avançait péniblement face à un vent violent soufflant des bourrasques toujours plus puissante rendant l'ascension de plus en plus pénible et périlleuse. Tous les éléments du ciel semblaient se liguer pour arracher ce petit être têtu du sol. Le froid lui-même s'était joint au combat et ses lames glacés, transperçait son épais manteau vert ainsi que son armure de toile et de poils, gelant ainsi les muscle déjà engourdis du voyageur. Pourtant malgré cette situation qui ne cessait de s'aggraver et le fait que pour une fois, il n'était sous l'emprise d'aucune substance Flou pestait plus fort que les cieux eux même:

- J'te prévient le mont ! C'est pas un p'tit vent de rien du tout, qui arrêteras une tête de mule comme-moi! ! J'irais où je veux tu m'entend OÙ JE VEUT!!!! Vociféra le nain en levant le poing à l'adresse de la montagne.

Ce fut une rafale plus violente que les autres qui lui répondit, le nain manquant de trébucher, se colla à la parois, et continua sa progression le plus prudemment possible. Puis alors que le vent ne cessait de balayé sa barbe en tout sens, les cailloux de ripper sous ses chaussures et le froid de glacer les poils de ses moustaches, il ajouta plus bas, pour lui-même

- Rhaa; par Gölörm, si j' était un peu moins un imbécile aussi! J' aurais dû me renseigner sur ce que cette fichue carte appelle "chemin" au lieu de discuter des problèmes d'Ellebosa dans les tavernes! Comme si j' était là pour jouer au héros... Ha non, l' héroïsme j' ai assez donné....

Puis s'emportant à nouveau il ajouta:

-Et puis corne de troll si j'en avait causé un peu aux gars du patelin d'en bas, je saurais au moins ou cette carte mène, si t'en est qu'elle est vrai! Alors, au lieu d' suivre un chemin qui n'existe peut être même pas, je serai tranquillement dans une auberge, une pinte à la main!

C'est à ce moment-là que la neige vint ajouté son éclat gracieux à la danse furieuse du vent, et leur envoutant ballet aurait sans doute séduit le conteur, si seulement il n'avait pas semblé avoir pour but de le pousser dans l'abime. Les vents de plus en plus violent était finalement devenu tempête et la neige ne s' arrêttait désormais de gifler le nain. Le froid ne cessait de l' engourdir et les bourrasques de le blesser, cette banale marche était devenue un véritable duel à mort face aux éléments. Le nain était seul en guerre contre le mont lui-même qui ne supportait sans doute plus cet acharné qui ne cessait,malgré ses menaces, de le gravir. Le baroudeur ne parlait plus, car dés qu'il ouvrit la bouche, la neige y remplaçait les mots, pourtant malgré cette lutte inégale, le nain ne cessait de mettre un pied devant l'autre. Mais cette bataille semblait être vaine, car chacun de ses effort était gâcher par une bourrasque qui l'obligeait à reculer. Désormais la neige avait envahis le ciel et le monde n'était plus que d'un blanc de pure violence. Il ne voyait plus rien devant lui et sans le mur de roche comme guide, chacun de ses pas aurait pus être le dernier. Soudain la carte glissé dans sa poche s'envola, Flou voulue la rattrapé, mais la colère du ciel avait eu raison de ses forces et une bourrasque plus puissante que les autres le faucha. Il tenta de se rattraper, mais le sol jusque là son allier, se déroba sous ses pieds et le nain tomba. Il voulue prononcer un sort pour ne pas être emporté, mais la neige et la glace l'en empêchèrent, Flou chuta.



Pourtant, dans la violence des éléments ce fut un être de roche qui lentement remonta de l'abime, en escaladant la montagne de sa main droite et portant de l' autre le nain et tout son attirail sur son dos. Mais même pour Gom, les éléments déchainé était trop fort, la glace s' immisçait sur ses membres gelé, rendant ses gestes de plus en plus difficile. Au termes d' une périlleuse escalade le golem parvint à les hisser, lui et le nain, sur le chemin. Ce fut alors l'esprit de flou qui pris le ,contrôle car même si Gom ne ressentait pas le froid, une telle tempête aurait vite raison de son fragile corps de chair. La créature de pierre saisit alors le sac du conteur l'ouvrit et y lança le nain. Puis elle referma le maigre abri de tissus, avant de se courber dans une position protectrice au-dessus du sac, laissant peu à peu la neige recouvrir son corps de roche.

(Pour ceux qui ne comprennent pas comment un nain peut tenir dans un sac, j'ai récemment ajouté 2/3 mots sur ce bagage particulier sur ma fiche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Re: Le nain et le mont   Jeu 26 Jan - 23:08

Cela faisait plusieur heures que le nain était dans son sac, peut être même des jours. Flou était occupé à tenté de retracé et ce de mémoire, la carte qu' il avait perdu, il avait crus en avoir fait un double, mais après avoir cherché durant des heures le conteur s' etait finalement rendus compte qu' il n'avait jamais fait de double. Il était donc là, assit sur une pile de livre au milieu d' un océans de bric et de brocs, en train d' essayer tant bien que mal de redessinner cette carte sur un bout d'écorce à l' aide d'un morceau de charbon. La scène aurait pus paraitre calme et paisible dans l' atmoshère feutré du sac car la tempête emettait un bruit sourd, sa violence adoucis par les murs de tissus. Pourtant dans ce gigantesque cabinet de curiosité, au étrangeté diverse et coloré, un être dépassant le mot même d' étrange observait le conteur qui marmonait entre les tresses de sa barbe:

- Corne de tapirs, si seulement je savait ou j' avait rangé mes encres aussi! rhhaa et cette carte là je m' acharne à essayer de la redessiné mais j' ai beau me creuser la cervelle, impossible de faire en sorte que ma vielle tête de bois se souvienne de quoi que ce soit! ni sur l' auteur, ni sur la destination... enfin je crois que j' ai presque finit... enfin non c' est quoi ce truc? j' ai voulu fair ....

Il s' interrompit, il y avait eu un bruit, infime, un soufle. Il y' avait de nombreux petit êtres dans ce sac, 3 écureuils, une biche, 21 lapins, quelque souris et des insectes de toute sorte. Mais ce son ne provenait pas d' eux, c' était lui. Lui, un être dont le nain ne savait rien sinon qu' il était apparut il y a peu de temps... un mois ou un ans peut être deux... Flou ne l' avait jamais vus mais il savait qu' il ne devait jamais le voir, même si il ignorait pourquoi.

- Toi, déjà! combien de temps suis je resté ici?

Le conteur se tourna vers le sommet du sac, un raie de lumière semblait se frayer un chemin à travers les fine incertices.
Un bruit de page que l' on tourne, et à nouveau ce soupir, complexe mélange de regret et d' espoir le tout teinté d' une couleurs plus curieuse... indiscernable.

- Je m' en vais, je m' en vais... mais n' approche pas plus, sacrefoudre !!

Les bruit se rapprochait, pousser par le besoins d' aide ou de chaire, le conteur, étonnament, n' avait pas la curiosité de savoir ce qui l' attirait, mais si un jours, il s' y risquait il avait la conviction que le mal serait bien pire que physique.
Il saisit l' ébauche de la carte, enfila son manteau vert et sortit précipitament du sac.

le nain écarta les reste du corps de Gom, qui depuis bien longtemps avait rejois la pierre qui ornait le cou du conteur. Puis complètement sortit du sac, cligna des yeux puis s' étira. En ce qui semblait être un matin, la tempête s' en était allé emmenant avec elle le vent et la glace. Seul la neige était resté, mais elle était calme et douce, comme une tranquille pluie de coton, à travers lesquel dansait les rayons du soleil.
Flou encouragé par ce temps acceuillant souris.

- Bon après tout vl'a un matin qui aurait pus moins bien commencé!

Les rencontre avec "lui", laissait toujours une impressions étrange au baroudeurs, comme un complexe mélange de tristesse et d'innachevé.
Enfin une petite gorgé et ce serait passé et puis après tout, il ne semble pas y avoir de vent, alors pourquoi ne pas sortire sa pipe?

Et c' est ainsi, que dans les petit nuages de fumés de lavandes que le Conteur Flou repris son chemin.
Son but n'était pas loin mais même si il ignorait quel il était, il sentait que quelque chose se conclurait enfin la bas, une conclusion et un départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Re: Le nain et le mont   Jeu 23 Fév - 21:59

Alors que le soleil se couchait et après des heures de marche, le nain épuiser arriva enfin au bout de sa carte. Mais ici, il n y avait rien. flou se trouvait sur un plateau rocheux au dessus des nuages, et malgré la croix sur le morceau de papier, il n y avait rien d autre qu'un sapin, 2 ou3 pierres, encadrés d' une falaise à pic d'un coté et de la montagne de l'autre.

Le nain, trop fatigué pour jurer soupira:

-Hfaaaain... il semblerait qu'encore une fois je me sois fait refiler une fausse carte... et merci bien, mais j aurais pus me passer de la balade...
Enfin comme il ne semble y avoir rien d autre a faire mangeons, dormons et retournons a la taverne!


Et dans la lumière déclinante du soir tombant, le nain le nain se dirigea vers le bord de la montagne, posa son sac sur le sol et y plongea sa main pour y attraper du bois.
Mais après quelque seconde il la retira en hurlant

-Haaah !!! Corne de phoque, cette saloperie m'a mordus!!


Sa main portait la trace rouge d une petite morsure, mêlé a un étrange violet
Flou était en train de l examiner, lorsque son sac tomba, butant contre la parois dans un bruis de casserole.
le conteur le releva et il tomba a nouveau, il le releva et le sac frappa la parois encore une fois. Flou agacé s' apprêtait à le relever une énième fois, lorsque son regard fut attirer par la parois de la montagne.

- Mais qu' est ce que...

Flou ne termina pas sa phrase, désormais ce n' était plus sa bouche qui parlait à l' air mais ses mains à la pierre
cette partie de la parois de la montagne n'était pas naturel, il s agissait en fait d un mur de pierre conçus pour être confondus avec le mont que les année avait en plus recouvert de terre, de gravats et de mousse, mais il s' agissait bien de l' œuvre d' un Cercïelle. C’était un ouvrage complexe et solide, mais le nain connaissait très bien ce type de mur. Il les fabriquait exactement de la même manière et entrepris alors de le démonter pierre par pierre, car un tel mur ne s'ouvrirait pas par la force.
Un tel ouvrage, ne pouvait être ouvert que par son bâtisseur, cela le nain le savait, mais quelque chose le poussait a essayer. Il ne parlait plus fixer sur sa tache, motiver par un but au quelle il ne songeait même pas, le conteur avait oublier la faim comme le sommeil, et toute la nuit pierre par pierre lentement, précautionneusement, en sachant qu' un mouvement trop brusque risquerait de faire effondrer l' entré sur elle même, il entreprit de démonter le mur.


Dernière édition par Conteur flou le Lun 27 Fév - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Re: Le nain et le mont   Lun 27 Fév - 22:21

Alors que la lune elle même songeait à aller se coucher le conteur parvint à retirer l'ultime pierre du mur, dévoilant un grotte dans la montagne. Il voulue prendre une torche dans son sac mais la créature qui y séjournait était de plus en plus farouche, et il ne parvint pas à échapper à une seconde morsure; cette fois si il ne jura pas l' épuisement ou autre chose engourdissait son esprit et comme lorsque qu' il ouvrait le mur, il était insensible à la beauté de ce qui l' entourait, ne sentant ni ce vent froid sur sa joue, ni l' odeur douce de la nuit, non, il ne voyait que l' entré de la grotte baigné dans la lumière lunaire.
Il y entra ,sans lumière autre que celle de la lune certes, mais cela ne l' inquiétait guère, il devait avancer, rien d' autre n'importait.
Il avançait dans la grotte à pas lent, tous ses sens en éveil, il cherchait.
Son sac toujours sur ses épaules semblait trembler, tapant presque sur son dos comme pour l' inciter à avancer.
Mais cela non plus il ne s'en rendait pas compte, seul ce qu' il cherchait l' importait. Ce qu' il cherchait, lui même l' ignorait mais il savait qu' il était là; quelque chose d' important, de liè à son passé, à l' être qu' il est aujourd’hui.
Il s' enfonça dans la grotte jusqu' à ce que plus aucune lumière, n' éclaire ses pas, ses yeux peu habitué à une tel obscurité, ne lui était plus d' aucun secours, et il ne se fiait désormais à ces autres sens.
Ce fut l' odorat, qui le premier réagit à l' étrangeté de ce qu' il allait redécouvrir. Une odeur rance et suave, celle d' une bougie qui n' en finirait pas de mourir, d' un cadavre qui ne voudrait plus pourrir, d' une fleur qui ne voudrait jamais cesser de grandir sans jamais vieillir.
L' odeur le fit trembler, son corps se rappelait mais son esprit, lui, ne voulait rien savoir, et il crut  que cette étrange réaction était due à l' étrange trace de magie imprégnant ce lieu.
Ses jambes voulait fuirent mais son âme elle voulait voir.
Il posa son sac en sol pour en sortir une torche, mais à peine l' avait' il ouvert qu' une sourde lumière violette en émana. Son esprit égaré ne s' en inquiéta pas et ne vit en cet étrange événement qu' un moyens d' observer la chose.
Le conteur n' était plus le conteur, flou avait disparut et il ne restait plus qu' une enveloppe vide de raisonnement, même plus un nain, dont l' esprit noyé dans une brume obscure ne répondait qu' à une curiosité maladive.
Le besoins d' à nouveau  avoir la réponse à une questions qu' il n' avait jamais cesser de se poser, mais dont il avait toujours préférer éviter d' avoir la réponse.
Saisissant son sac par ses bretelles, il l' approcha de l' origine de l' odeur.
La lumière n' était pas forte et il dut se rapprocher, jusqu'à ce que que dans cette lueur glauque apparaisse un œil vide et blanc.
L' œil vide et mort d' un corps que rien n' avait voulue dévoré, l' œil vide et mort d' un corps sur lequel le sang n' avait jamais séché, un corps qui était toujours le même, malgré tant d' années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Re: Le nain et le mont   Mar 28 Fév - 22:01

Ce face à face horrifique avec son passé terrifia le nain, il poussa un terrible hurlement comme un enfant face à son plus grand effrois était descendue de ses cauchemar pour l' y emporter.
Dans cette immense frayeur il fit en reculant un pas de travers, et s' écroula sur le coccyx, terrassé par ses émotions.
Lors de sa chute le sac tomba à terre et tout s' enchaina alors trop vite, poussé par des années d' attente.
Flou s'il revenait peu à peu à lui ne pus bien distinguer la scène tant la douleur de le revoir était immense. Ses yeux était embué de larmes et son esprit noyé de remords et de douleurs ne savait plus que faire, déchirer entre l' espoir fou de le revoir, et la crainte dévorante qu' il renaisse.
Avant même que le sac ne touche le sol, la lueur violette s' en était échappé pour violemment frappé le torse du cadavre, semblant vouloir rentré à nouveau dans cette enveloppe maintenant presque qu' aussi malade qu' elle. Le corps inanimé était celui d' un gobelins à la peau rendu grise par l' absence de lumière. Il était petit et ses muscle fins portait les trace d' un combat violent. Sur son corps tuméfié un sang violet n' en finissait pas de séché. Il était attaché aux mur par de solide chaine d' acier fixé à ses pied et à ses poignet. Il ne touchait pas le sol, et son corps depuis longtemps sans vie semblait vouloir retourner à la terre dont ses fers lui interdisait l' accès.
Mais cette étrange lumière glauque, ne désirait pas exaucé son ultime souhait, aveuglé par sa rage elle le frappa sans cesse, jusque à ce qu' enfin elle  trouve la bouche du gobelin inanimés et s' y engouffre.
Immédiatement les yeux du corps mort brillèrent d' une lumière violette, cette sombre couleur semblait inondé son corps. Un sang ou se mêlait le rouge et le violet circulait à nouveau dans ses veine, donnant à sa peau originellement verte une indéfinissable palette de nuance vert gris.
Envahit par cette vie nouvelle le corps se cabra retenue au mur par d' imposantes chaines rouillé. Un hurlement incercielle, un cris terrifiant et désarticuler, un cris de détresse et de colère, le cris d' un nouveau née apeuré poussé par un vieillard haineux.
Les muscle fin du gobelin atrophié des décennies de séquestrations, s' agitait en tout sens tentant de libéré la prison de chair, de la prison de fer. Cette vision était terrible, c' était celle d' un cadavre qui ressuscite, pas la personne qu' il à été non seulement le corps malade et l' esprit fou et sénile.
Flou ne pus supporter une telle vision d' horreur et s' enfuit, laissant son ancien ami déchirer ses veines récemment revitaliser sur ses fer  qui ne voulait pas céder.
Il attrapa son sac, que malgré son horreur, il ne pouvait se résoudre à abandonner. En se rapprochant du cadavre ressuscité, le conteur ne pus s' empêcher de tressaillir en reconnaissant à nouveau les traits de son premier véritable amis, cet être qui l' avait aider à devenir celui qui l' était aujourd’hui, cet être si cher devenue ce monstre plein de haine et de folie.
Leur regard se croisèrent, et flou crus un instant revoir dans ses yeux aveugle, une part de son amis d' enfance, mais cela ne dura que un fugitif instant après quoi le gobelin tenta à nouveau de se soustraire à ses chaines en poussant des hurlements bestiales.

- Ari...

Murmura le conteur avant d' être coupé par un nouvel hurlement de l' être fou. Un cris ressemblant presque à un nom. Un nom qui était au fil des massacres devenue le sien

- AAAEERUUUUUBIIIIIIIIII EEUUBBBBIIII !!!!!


Ce cris de détresse, annonciateur de la folie haineuse qui réinvestissait ce corps brisés, décida le nain à partir pour de bon.
Il s' enfuit, quittant la pièce éclairé d' une sombre lumière violette; Il couru à travers la grotte les yeux emplis de larme et l' âme suintant d' horreur. Ses bras était éraflé par les roches et sa barbes couverte de toile d' araignée mais il ne le remarquait pas, il voulait à tout pris quitter ce lieux maudit.

Pourtant arrivé au bord de la grotte, il tomba à genoux, terrassé par le poids du passé. Ses
larmes s' éclatèrent sur le roc tandis que, la voix noyé de ses sanglot et de ses pleurs il commença parler comme si le mont lui même l' écouterait.

- ... Il est revenu....  un passé que j' espérait avoir oublié s' est rejoué .... Je l' ai libéré...
Et encore une fois fois je n' ait pas sus faire un choix.... peut être devrais' je faire demi tour et l' achever..... ou le libérer..... non aucune de ces deux idée ne m' est supportable...


Il se recroquevilla sur lui même et la voix brisée par la tristesse continua

- je ne peut pas tuer mon amis, il est toujours là, je le sais quelque part...... mais je ne peut pas libéré il à tant tuer, tant détruits......

Puis il se releva lentement et dressé dressé sur ses genoux cria:

- ARRRRRIIIIKK.....


Mais à nouveau un terrible hurlement renforcé par l' écho le coupa

- EEEEEEEEEEEEUUUUUUUBBBBBBBBBBIIIII !!!!


l' ébranlant jusqu' au plus profond de lui même, il ne  voulait plus entendre son propre nom, ne pensant plus à lui et appelant éternellement celui qu' il avait perdus.

Le nain se releva alors et la tête baisser hésita un instant, puis se mit en marche en direction de la sortie de la grotte.
Une fois face au plateaux, il s' arrêta pesant le pour et le contre. Là sur ce qu' il avait pris pour un cul de sac, il se rendit compte qu' il était en fait à un carrefour et que le chemin restait à choisir.

Tuer et libérer, fuir et recommencer, partir et abandonner.

Il choisit d' aller tout droit. Il marchait lentement sous les calmes flocons que le ciel laissait nonchalamment tomber et seul un mont ignorant et un sapin impuissant furent témoins de la scène.                                                                                                            
Mais alors que le bord de la falaise n'était qu' a quelque mètre, que le dernier actes d' une tragédie  éternellement rejoué était sur le point de se terminer, la pierre au cous du nain brilla.
Le conteur s' écroula sur le sol, inanimé tandis que Gom se matérialisait.

L' être de roche saisit le nain et le posa sur son épaule, puis partit, sourd aux cris incessant du gobelins.
Le Golem portant flou sur son dos sortit des chemins déjà tracé et entrepris d' escalader la montagne.
Une voie nouvelle était née, une nouvelle possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Conteur flou
Ecrivain du Dimanche
avatar

Masculin Messages : 27
Points : 35
Localisation : quelque part

Feuille de personnage
Points de RP:
73/100  (73/100)
Race: Nain

MessageSujet: Re: Le nain et le mont   Jeu 16 Mar - 22:27

Le nain se réveilla le lendemain dans une auberge. On lui raconta qu' un chasseur l' avait retrouvé sous un tas de pierre que la neige avait commencé à recouvrir. Il avait eu de la chance qu' on l' ait amené ici avant que le froid ne l' emporte ailleurs. L' aubergiste, un chic type à la courte barbe finement taillé, avait ajouté qu' il avait très mal dormis et toute la nuit il avait veillé sur lui, mais que le conteur ne s'était finalement réveillé que le lendemain après midi. Il était resté un moment à regardé le plafond avant que la serveuse Imline ne remarque qu' il était éveillé. Elle l' avait alors forcé a descendre mangé quelque chose, l' aubergiste Adruu voyant son invité surprises enfin descendre les marches s' exclama:

- Alors enfin réveillé !

Et il s' avança vers le nain tout sourire et les bras grand ouvert, mais flou ne lui rendit qu' à peine son étreinte, Adruu fit semblant de ne pas l' avoir remarqué et l' invita venir s' assoir sur une des tables, il s' en alla ensuite vers le bars tandis qu' Imline partait s' occuper des rares clients de l' auberges. Il revint avec deux énormes chopes de bières qu' il posa sur la table en rigolant:

- T' a pas l' air parfaitement réveillé, mais tu va voir ça va te remettre sur pied, je te préviens c'est fort!

En tant normal Flou aurait rétorqué quelque chose voir provoqué le barman en duel de beuverie ou au moins aurait sourit mais il ne fit rien son regard était noyé dans le vague, et son esprit perdu dans ses remords. Adruu commençait à se sentir mal, c' est qu' il se passait pas grand chose dans cet petite bourgade de montagne et il avait espérer avoir des nouvel d' ailleurs mais...

- He ça va? Qu' est ce qu' il t' est arrivé mon gars?

Pour toute réponse une larme commença à rouler sur la joue creusé de ride du conteur. Glissant sur cette peau craquelé se faufilant entre les poils de sa barbe, esquivant les perles et les nœuds jusqu' à s' écraser sur la table.

- Bon t' a pas l' air bien, je te laisse, mais fouille pas trop dans les souvenirs ça ne fait que du mal... si t' a besoins de quoi que ce soit n' hésite pas à me demander à moi ou à Imline...

Il se leva et hésitant un peu, ajouta:

-Ah et si jamais tu veut partir, tes affaires sont dans ta chambres, tu peut faire comme tu veut, mais tu devrait peut être être armé et prudent.... c' est pas que le coin soit dangereux mais il y a des racontars à propos d' une drôle de bestiole qui hurlerait à la mort, un gobelins fou a ce qui parait....

il s' arrêta puis repris soucieux:

-Il y en a même qui murmure que ce serait le fantôme du dévoreur de rose qui serait revenus se venger... mais si vous voulez mon avis ce ne sont que des racontars mais il vaut peut être quand même mieux être prudent...

Sur ces mots et la mine soucieuse, il s' en alla en direction du bar. Le conteur attendit qu' il soit loin pour pleurer. Pleurer comme il ne l' avait pas fait depuis si longtemps, depuis la dernière fois qu' il avait vus Arikk... c' était trop dur, il n' arrivait ni a en parler, ni même à y penser. Il avait retrouvé ses souvenirs , ces choses immondes. Ce gobelin, cet être qui avait été un de ses plus grand amis, cet être qui l' avait guider alors qu' il était seul, qui lui avait appris tout ces détails qui font que la vie est belle... Cet être extraordinaire était devenus cette bête immonde que la folie ne cesse de ronger, et encore une fois Flou n' avait sus comment réagir et n' avait pus achever celui qui avait été son amis... Au contraire il l' avait libéré et Eubii le détraqué, le dévoreur de roses était libre, seulement guidé par son âme instable, une folie macabre et une haine maladive...
Comment pourrait il vivre  avec un pareil souvenir, comment porter sur la conscience tout les morts qu' Eubii, puisque c' était désormais son nom, allait ou avait peut être déjà causé...
Non il ne pouvait pas, c' était impossible et puisqu' il n avait ni la force de réparer ses fautes ni le courages de quitter ce monde pour toujours, il choisit une seconde fois l' option la plus lâche.
Il sortit d' une poche caché dans les replis intérieur de la doublure de son manteau une petite fiole à moitié vide. Il la posa sur la table et scrutant les inscription que des cœurs ou des esprits à la dérive y avait gravé, saisit son couteau et à son tour griffonna quelque chose sur le bois. Puis Il ouvrit la fiole, fixa un instant le liquide rouge, puis la versa toute entière dans sa bière qu' il but immédiatement cul sec.
Il cligna des yeux,fit un rot puis s' exclama :

- Haaa elle est bonne !! puis fixant la bière orpheline qui lui faisait face ajouta he bien bibine on t' a abandonné !!

Il bus cette nouvelle bière cul sec, puis avisant un jeune orc et un vieux barbus qui jouait aux cartes il se dit que cela faisait longtemps qu' il n' avait pas joué et qu' il était tant de voir si il s' était rouillé ou non! Le conteur se leva alors et marcha en direction des joueurs, laissant sur la table deux chopes vides,
une fiole maintenant dénué de sens et quelque mots gribouillés à la hâte:

Face aux roses
Le choix s' impose
La lame
qui aisément en brisera le corps
ne pourra en entrainer la  mort
L' âme
en acceptant sa folie
pourra lui ôter la vie


[Fin RP ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le nain et le mont   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le nain et le mont
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Au Nain Joyeux [ Taverne de Tronjheim ]
» [TERMINÉ] Gurdal Gloignus, Nain de la Moria...
» Thornac, le Nain guerrier
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Celldia :: Royaume d'Eliosa :: Mont Richtar-
Sauter vers: