Le Monde de Celldia

Nous sommes actuellement en 50 027 après le Précepteur
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» Le début d' un (très) long voyage
Lun 18 Sep - 17:21 par Tralog

» Le capitaine de la garde
Ven 8 Sep - 22:55 par Cathia

» L'histoire d'un barbare
Mer 23 Aoû - 11:30 par Tralog

» Au bord de la mer...
Mer 26 Juil - 16:14 par Cathia

» Halloween
Mar 25 Juil - 16:45 par Tralog

» Poême : Ode à la Création
Mar 25 Juil - 0:04 par Anerey

» Enigmes de L'été Celldian #1
Lun 24 Juil - 22:43 par Senlord

» Le vol des orbes du Duc (RP flashback) [Cathia, Le Duc, Ayborn]
Dim 23 Juil - 2:03 par Ayborn

» Recensement de Juillet à Août 2017
Dim 16 Juil - 20:26 par Conteur flou

Les posteurs les plus actifs du mois
Tralog
 
Cathia
 
Mots-clés
Septembre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 
CalendrierCalendrier

Partagez | 
 

 Tral Miitgyar : la forteresse noire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kjälbark

avatar

Masculin Messages : 9
Points : 13
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Points de RP:
35/100  (35/100)
Race: Humain

MessageSujet: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Lun 24 Oct - 11:18

Tral Miitgyar est une veille forteresse jadis utiliser par les anciens propriétaires de l'île d'Erlombr. Aujourd'hui cette forteresse n'est plus que ruine.
Elle se situe au nord de l'île, où la température est la plus basse. C'est un endroit solitaire et non peuplé. Toute les force démoniaque sont concentrées au milieux de l'île. Il fait trop froid au nord pour que les bêtes sanguinaire puisse vivre correctement. Tral Miitgyar est entouré d'une veille forêt.
Kjälbark habitué au froid de la montagne est venu s'installer dans cette vieille forteresse.
Les forces concentré au centre connaisse l'existence de cette forteresse qui est banale a leur yeux. Mais depuis quelque temps, il y a des phénomènes naturelles très étranges du côté de la forteresse. C'est Kjälbark qui monte en puissance en exerçant sa puissance de l'air autour de lui. il va concentrer les nuages au dessus de Tral Miitgyar comme protection des cieux. Et va protéger magiquement ce lieux.
Tout ce chamboulement sur le nord de l'île a attirer l'attention du centre et du maître de ces lieux : le Duc.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Duc

avatar

Messages : 26
Points : 56

Feuille de personnage
Points de RP:
0/0  (0/0)
Race: Tordu

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Mer 26 Oct - 23:04

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
La Tour Hurlante. Huit heures avant.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Alors quoi ? Du haut de ton trône millénaire, tu observes mais tu ne fais rien ? Pourquoi avoir placé méticuleusement autant de ces têtes coupées maintenues en vie par ta sombre magie et connectée à ta tour par un interminable réseau de nerfs si tu ne met pas à profit leurs innombrables yeux ? Non, tu te considères encore trop occupé, c'est ça ? Presque vingt milles éclipses que tu n'as lancé aucune attaque, tu ne bouges plus, préférant jouer avec tes trois poupées de chaire caché bien loin de tout ennui, au cœur de ta bavure.

Mais alors que tu tires fermement la chaîne de Docile pour l’amener à toi et lui voler un baiser à peine encore consenti, quelque chose fait frémir les dizaines d'yeux et les visages greffés à ton trône. Tu stoppes tout à coup ton mouvement et ne ressent plus ta chère créature se débattre de ses quatre bras en claquant de la mâchoire. Un de tes sombre Observateur vient de voir quelque chose d'anormal. Il est encore en train de noter cette découverte de ses trois bras droits dans son livre, utilisant son unique bras gauche, bouffi et déformé, pour se protéger de la tempête de neige naissante. Durant l'espace de quelques instants, tu ne fais plus qu'un avec ton espion, sens le froid te geler les os, le contact du tissu enroulé sur son bras à écrire dans une tentative vaine de ne pas trembler. Tu sens aussi le métal du masque greffé à son visage et la douleur latente dans la nuque des deux têtes volantes lui servant d'yeux.

Tu à coup, tu reviens à la réalité, repousses Docile, qui parvient enfin à reprendre son souffle, déjà accueillie dans les bras de ses deux sœurs, Sage et Avisée. Ta masse cliquetante se lève de ton trône, se déconnectant des différentes pointes agrippées à ton dos dans un bruit de chaire qui se rompt. Tu passes la cape de cuir épais laissé sur un de tes serviteur déformé, placé là comme un porte-manteau vivant, puis quittes ta tour sur le dos d'un de tes chevaux à cinq pattes, à la tête d'un régiment de soixante de tes meilleurs hommes, dotés des mutations les plus terribles mais aussi les plus utiles. Où vas-tu ainsi ? En croisade ?

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Tral Miitgyar. Vingt minutes avant.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le froids mordant et le vent cinglant ne te dérangent pas, pas toi. Mais pour tes soldats...c'est une autre histoire. Ils avaient déjà passé un lourd manteau de fourrure depuis maintenant deux bonnes heures et cette protection commençait à perdre de son efficacité. De ton côté, tu étais plus occupé à suivre la trace de ton Observateur qu'à écouter tes hommes se plaindre. Tu n'avais même pas espérer suivre la piste de ton espion, qui, comme tu l'avais prévu, avait été effacé par la neige qui fais maintenant comme un rideau blanc tout autour de ton groupe, mais le fait que même tes yeux dans le ciel ne parviennent pas à le trouver ne fais qu'ajouter un peu de charbon au fourneau qui met tes nerfs en feu.

Mais tout à coup, tu t'arrêtes. Tu le sens, dans l'air ? Oui...c'est bien ça...tu fais cliqueter tes mandibules et ton cheval en fait de même. Il y a quelque chose d'anormal dans l'atmosphère. Elle est gorgée de magie. Ta carapace s'en retrouve toute excitée et commence à émettre un peu plus de fumée violette, qui vient se mélanger au brouillard et lentement l'écarte. Utharth, le soldat que tu avais nommé capitaine de cette expédition, arrive à ton niveau en léchant ses multiples yeux d'araignée avec ses trois langues de serpent. Il pose deux de ses cinq mains -les autres étant atrophiées- sur le pommeau de ses épées tout en observant autour de lui.

"L'aurais-tu donc également senti ou est-ce mon revirement d'attitude qui t'a mit la puce à l'oreille ?

- Votre attitude, maître. Qu'y a-t-il ? Hosasthasos parle d'une énergie phénoménale dans l'air...

- Ses appendices ne le trompent pas. Il y a bien quelque chose ici qui n'est pas normal. Nashushatha !"

L'intéressé vient te rejoindre. Il est bien plus grand que le reste du groupe, même plus grand que toi, mais aussi bien plus frêle. Il ne possède que trois bras, un à chaque épaule et le dernier lui tenant lieu d'écharpe, enroulé au tour de son cou. Son torse immense porte ses yeux tandis que ça tête n'est que bouche et cornes. Ses longues jambes sont terminées par des pieds pointus lui privant d'une certaine stabilité mais lui offrant une agilité hors pair, et surtout des traces inexistantes. Sa voix rauque te répond enfin.

"Maître ?

- Ouvre-nous la voie et dis-nous ce que tes superbes escarboucles perçoivent."

Tu regardes avec un air de sourire ton tout-juste-nommé éclaireur descendre de son cheval, dégainer son épée, plus longue qu'un homme, et se mettre en marche. Tu penches la tête...il commence à faire un peu plus noir, c'est ça ?

"Mmotho, lumière."

Un autre de tes soldat, à l'air d'un écorché couvert d'une étrange croûte comme du verre et parsemé de trous, s'avance et gargouille un peu alors que ses entrailles s'éclairent d'une lueur biochimique de cet orange particulier, comme lorsque l'on regarde une puissante lumière à travers ses mains, tirant les ombres de toute l'escouade comme de l'encre qui coulerait sur une feuille maintenant parcheminée. Et c'est ainsi que tu te remet à avancer pendant quelques autres minutes.

Enfin, tu agrandis ton sourire. Le brouillard s'écarte légèrement pour laisser voir une forteresse immense sur le flanc voisin, de l'autre côté d'une dépression dans les montagnes. Tu la connais bien, mais pour toi, elle n'avait jamais été aussi éblouissante, te crevant les yeux de ses émanations magiques.

"Nous y sommes."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kjälbark

avatar

Masculin Messages : 9
Points : 13
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Points de RP:
35/100  (35/100)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Jeu 27 Oct - 12:11

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Tral Miitgyar. au même moment.
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

A ce moment le duc était en vision de Tral Miitgyar.
Kjälbark, dans sa forteresse, est sur son trône (en train de faire la sieste euh méditer c'est ça méditer). D'un coup un rugissement se fit entendre, un rugissement venut du ciel. Kjälbark a ce moment la sortie de sa méditation et on peut voir sur son visage les deux yeux qui s'ouvre dans une lumière bleu et on peut voir apparaître un large sourire alors il dit a haute voie

"Ca y est ils sont là. Le maître est enfin venut jusqu'à moi"

Alors Kjälbark se leva et le rugissement se fit entendre de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kjälbark

avatar

Masculin Messages : 9
Points : 13
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Points de RP:
35/100  (35/100)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Mer 23 Nov - 15:59

Ce rugissement était cette fois-ci plus puissant. Kjälbark mit son casque et commença a marcher en direction de la sortie de la forteresse. Il marcha sur une vieux chemin en pierre et il commença a dire a voix haute :

"Venez a moi! Venez accueillir nos visiteurs!"

A ce moment la des squelettes commencèrent a arriver de tout parts. Ce bataillon suivait Kjälbark jusqu'a l'entrée de Tral Miitgyar. Alors un squelette pris la parole

'Que ce passe-t-il maître qui sont nos visiteurs, ne serait-ce pas le tout puissant?

Alors le sourire de Kjälbark apparaît de nouveau :

"Oui c'est bien lui"

Il était enfin sorti. Ca faisait longtemps qu'on ne l'avait pas dérangé. Avec sa vision il aperçu au loin, sur le flanc voisin, des points. Alors il leva le bras en l'air et il crie :

"Gardien vient montrer ta puissance!

Alors une lumière bleue fantôme part de son bras et monte dans le ciel, dans le brouillard.
Le rugissement se fit entendre de nouveau. le bataillon qui suivait Kjälbark resta confiant et recula de plusieurs mètres. C'est alors qu'une chose énorme sortie du brouillard qui venait du haut de la forteresse.
Cette chose était un dragon fait d'os et de glace, il se posa juste derrière Kjälbark dans un bruit assourdissant.
Alors Kjälbark fixa les points au fond dans la neige et il dit :

"Nous sommes prêt a t’accueillir!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Duc

avatar

Messages : 26
Points : 56

Feuille de personnage
Points de RP:
0/0  (0/0)
Race: Tordu

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Sam 26 Nov - 18:19

Tu lèves la main en entendant les lames de tes hommes être tirées au clair. La magie toxique couvrant leur tranchant te fait frémir. Ce sont des choses de ta propre création, t'en souviens-tu ? Des armes construites pour être portées par des sources, mais tels tes soldats, elles ont été pourries par tes émanations destructrices et servent aujourd'hui le Chaos.

- Gardez votre calme. Ne veuillez pas froisser notre hôte.

Tournant ta tête caparaçonnée vers le propriétaire des lieux, la magie augmentant artificiellement la portée de ta voix, tu lui poses une question d'un air amusé.

- Alors te voilà enfin Kjälbark ? Tu t'es ainsi installé au pied des monts qui me barrent le chemin, à moi et à mes éclaboussures ? Je reconnais bien là un de mes fils.

Tu fais signe à tes hommes d'avancer et reprend ton chemin au galop. Moins d'une minute plus tard, tu observes le rôdeur d'un air à la fois imposant et amical, le dépassant largement du haut de ta monture difforme. Un regard simple vers la créature de mort et de glace. Une chose immense, puissante, une arme. Ton esprit brisé y voit la conquête, la terreur, elle y voit une bête à dompter et à soumettre. Il en est de même pour son maître et créateur.

- Je remarque ta générosité, c'est un beau monstre que tu me donnes là. Ne devrais-je pas moi, t'offrir un cadeau en félicitation de ta pendaison de crémaillère ?

Ton air devient tout à coup plus sérieux et ta tête plus droite, une impulsion parcoure ton armure, de ton torse jusqu'à chacune de tes extrémités, faisant luire quelques instants de ta magie violette les moindres interstices dans ton jaseran. Tes hommes derrière toi ont compris, ils descendent de leurs chevaux mutants pour poser un genoux à terre et plier l'échine, formant un arc de cercle quasi parfait dont tu es le centre.

- Ploies devant moi, Kjälbark. Reconnais ton maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kjälbark

avatar

Masculin Messages : 9
Points : 13
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Points de RP:
35/100  (35/100)
Race: Humain

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Dim 27 Nov - 11:54

Le bataillon de Kjälbark à l'arrivé du Duc, commença a s'agenouiller comme ses soldats. Kjälbark ne dit pas un mot, il prit son épée l'as posa devant lui et baissa la tête. Mais un large sourire apparaît sur son visage.

"Ahahah, tu crois que je vais m’agenouillir devant toi."

Alors relevant la tête on voit une grande lumière bleu qui sort de ses yeux et il crie

"Relevez-vous soldats ne vous laisser pas influencer, nous sommes chez nous"

Le bataillon de squelette se releva soumis a une force qu'ils connaissent bien.

"N'oublie pas que dans cette région ta magie est atténuer et qu'elle n'as aucun effet sur moi. Même si je te dois la résurrection, je ne te dois pas allégeance."

Un rugissement énorme se fit entendre venant de derrière le roi de la forteresse.

"Ne te rappelle tu point de cette créature. Ce n'est pas de ma création elle garde ces lieux depuis de nombreuse éclipses, ne te rappelle tu point de son nom : Sindragosa"

A ce moment la, la créature de mort et de glace s'envole et se pose sur les ruines de Tral Miitgyar.

"Je ne peux dompter sa puissance. Je m'y suis lié d'amitié."

"Même avec ma puissance kälbark ne peut contrôler cette bête."

Ces mots ne sortirent pas de la bouche de kyälbark et a ce moment un esprit sorti de lui le ciel devenu d'un coup plus sombre et chaque esprit présent est hanté par cette voix.

"Je te reconnait bien la tu oublie par quoi cette terre est hanté, souvient toi de l'esprit qui a hanté cette île de nombreuses éclipse et qui a trouvé en kjälbark un compagnon parfait, souvient toi de Tralimdor."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Duc

avatar

Messages : 26
Points : 56

Feuille de personnage
Points de RP:
0/0  (0/0)
Race: Tordu

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Ven 30 Déc - 11:56

Des fissures se forment soudainement sur ton casque, dénué de visage, projetant quelques petits éclats qui brûlent bien vite dans l'air, formant des petites flammes violettes avant de disparaître, serais-tu contrarié ? La pièce sensée garder ta mâchoire se désolidarise presque imperceptiblement de l'autre, et pourtant, malgré la finesse de cet interstice, une magie presque palpable en sort, comme un souffle chaud, comme si la coquille qu'est ton armure faisait l'instant précédent office de bombe sous pression et qu'elle venait de se crever, libérant dans un sifflement magique presque audible une énergie titanesque sous la forme de légères émanations violettes.

"Ton assurance te brisera les ailes. Et si ce n'est elle, il s'agira de moi."

Tu laisses échapper un rire et t'avances pas à pas, la neige crissant sous ton corps soudain bien plus lourd. Tu tends l'index et le majeur de ta main gauche et commence à former quelques gestes, gardant le bras le long du corps. D'autres vapeurs mauves commencent à tourner autour de toi, mais en descendant, cette fois, s'écrasant contre le sol.

"Atténuée ne veux pas dire inoffensive. Un lion auquel il manque une dent ne devient pas incapable ni de griffer ni de mordre."

Des petites pointes poussent ici et là sur ton corps, parfois chitineuses, parfois cartilagineuses, ton bras droit se darde même de deux molaires, au niveau du coude. Tout ça ne sont que les signes avant-coureurs de l'utilisation d'une magie extrêmement puissante. Tu appelles l'Absurde à modifier quelque chose...mais quoi ?

"En effet, je n'ai aucun pouvoir sur les morts. La définition même de leur être est...figée. Leurs cellules sont muettes. Mais tu me déçois de ne pas savoir que la terre elle-même regorge de vie, où que nous soyons. Que dis-je ? Regorge ? Grouille serait plus approprié."

Le sol se met tout à coup à légèrement trembler, comme agité par un soubresaut de douleur. Les derniers reste de vapeur se font aspirer par le permafrost, qui se met soudain à se teinter de chaire putréfiée, hideuse. Tu viens de poser une simple goutte de ta bavure, qui commence à peine à se développer.

"Tralimdor. Ces lieux t'appartiennent, en effet. Il serait tellement dommage de le voir détruit par d'immenses fouisseurs. Il serait tellement dommage qu'il se fasse digérer par le sol lui-même, ou que tes hommes se fassent dévorer par les asticots qui les rongent. Non. Je ne veux pas qu'il en soit ainsi."

La chaire que tu viens de poser commence à prendre la forme, la texture, l'apparence d'une gencive, et des dents en jaillissent ici et là. Ton discours ne suit pas tes faits, le rendant encore plus fou.

"En te joignant à moi, en acceptant mes ordres, tu auras le droit à un traitement de faveur. Je n'aurais pas besoin de t'écraser. Je peux même te promettre de ne pas toucher à ton domaine. Tu ne voudrais pas subir le sort que je réserve aux vampire, n'est-ce pas ?"

Tu tends alors ta main droite à l'homme qui te fais face, mais observes l'ombre fantomatique. Ta seconde main, elle, reste dans ton dos fermée en un poing, comme si tu retenais la chaire sous tes pieds par une laisse. Ton casque se fend franchement, suivant la ligne séparant la partie frontale de la partie maxillaire en formant un grand sourire. De la chaire comme fondue se déchire entre les deux, révélant des dents de toutes les formes et de toutes les tailles, orientées tant vers l'extérieur que vers l'intérieur, et laissant des nappes de vapeurs violettes se dégager des commissures de cette nouvelle gueule hérissée de crocs.

"Tu y trouves de l'intérêt. Je te tolère en tant que vassal, ou je te détruit en tant que nuisible."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eru
Maitre du Jeu
avatar

Messages : 21
Points : 23

MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   Jeu 5 Jan - 9:11

Soudain un éclair transcenda le ciel. Un rayon de lumière aveuglante qui transperça les nuages de part en part. Le Duc avait régulièrement observé ce phénomène, depuis des dizaines d'éclipsydres. Cependant pour Kjälbark, c'était totalement nouveau, celui-ci fut aveuglé par la puissance de ce jet de lumière.

Après le passage de la perturbation, un tunnel fut former à travers chaque masse nuageuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tral Miitgyar : la forteresse noire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tral Miitgyar : la forteresse noire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» armée forteresse de barad dur GDA
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» Femelle croisée caniche noire de qq mois à LL
» Les Annales de la compagnie noire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Celldia :: Île d'Erlombr :: La Bavure :: Tral Miitgyar-
Sauter vers: